En librairie le 15 mars:

Sur le site de La Musardine

Pourquoi chuchote-t-on quand on demande un tampon à une collègue et, sur le trajet des toilettes, fait-on en sorte de bien cacher l’objet, comme si on transportait un sachet de coke ?

Pourquoi, alors qu’on en a parfois très envie, on s’interdit de faire du sexe pendant nos règles ?
Pourquoi en 2017 dans les pubs pour serviettes, le liquide est-il toujours bleu ?
Pourquoi est ce qu’on entend encore au bureau : « oh la la, Machine elle est énervée, elle a ses règles ou quoi ? » ?
Pourquoi les femmes qui souffrent le martyr pendant leurs règles doivent rester belles et se taire ?
Pourquoi les hommes ne connaissent rien sur les règles des femmes, et sont donc ignorants sur ce que vit la moitié de l’humanité une fois par mois pendant 40 ans ?
Camille Emmanuelle aborde, de sa plume énergique et joyeuse, un sujet central de notre intimité et de la société : les règles. Tous les préjugés, issus de mythes religieux, véhiculés par la publicité et la culture mainstream, sont en train d’être déconstruits par une génération qui prend la parole dans les médias, dans la rue, dans les clips et dans les séries. En se basant sur de nombreux témoignages, des interviews de spécialistes, son expérience personnelle et l’analyse de la culture pop actuelle, Camille Emmanuelle démontre que les règles deviennent un sujet public, qui sort des toilettes des filles, un sujet en pleine mutation, passionnant, souvent drôle, et même assez punk. Attention, ça va saigner !

 

En librairie le 2 février:

« L’homme est blanc, dominant, riche, musclé, performant sexuellement et pénétrant. La femme est blanche aussi, pauvre, pénétrée, elle attend qu’un homme la comble sexuellement (et si possible la comble aussi de cadeaux). »

Les romances érotiques se suivent et se ressemblent : la femme et l’homme répondent à des stéréotypes étriqués, leurs interactions sont autant simplistes que convenues et le désir féminin doit se cantonner à quelques clichés hyper réducteurs. Quant aux maisons d’édition friandes de ce genre littéraire, qui séduit de plus en plus de lectrices, elles empruntent à la production industrielle ses méthodes et ses cadences. Saviez-vous que chaque personnage doit avoir une blessure secrète ? Qu’il y a des tapis faits en poils de bête sur lesquels il ne fait pas bon faire l’amour ? Que six jours peuvent suffire à écrire une romance érotique ? Que chaque personnage a une « fiche » consignée sur un tableau Excel ?…

Camille Emmanuelle, qui a écrit sous pseudo une douzaine de romances érotiques, nous ouvre les portes de ce genre littéraire qui, à force de favoriser une sexualité normalisée, devient un obstacle à une réelle libération sexuelle de la femme. Avec la verve qui la caractérise, elle dénonce l’éternelle comédie qu’on veut, encore, faire jouer à l’homme et à la femme.

Aux éditons Les Echappés. En librairie le 2 février 2017.